A Tours, la lutte contre les discriminations doit enfin devenir une priorité !

Réunion sur l'égalité

Dans notre ville, les inégalités persistent et s’additionnent pour former une couche épaisse de fragilités et de fractures.

 

Avoir le souci du réel est déjà un étendard politique. Les acteurs associatifs engagés sur les questions d’inclusion et d’égalité doivent disposer des moyens d’agir. Il en est de la responsabilité de la mairie. Je souhaite faire de Tours une ville pionnière en matière d’inclusion afin que les personnes vulnérables se sentent respectées et intégrées.

 

Initier une politique assumée pour résorber les inégalités est fondamental. Je veux qu’elle soit au cœur de mon action.

 

Je souhaite faire de l’égalité pour les hommes et les femmes, de la lutte contre les discriminations et de l’insertion professionnelle, une priorité de mon mandat. Cette priorité qui sera guidée par la lutte pour l’égalité de fait, pour le droit de disposer de son corps, pour le droit d’accès à tous les services publics, pour le droit à l’emploi, pour une égalité concrète offerte à toutes et à tous.

 

A celles et ceux dont on bride la parole, à celles qui sont victimes de violences conjugales, à celles et ceux qui peinent à trouver un emploi, à celles et ceux qui peinent à trouver une place pour leur enfant en crèche ou à le faire garder tout en pouvant travailler, à celles et ceux qui sont dans la rue, invisibles et pour autant victimes d’inégalités et de discriminations au quotidien. A toutes ces personnes, je veux dire que nous les aiderons et que nous prendrons à bras le corps les enjeux auxquels ils sont confrontés dans leur quotidien. Et nous les aiderons en irriguant toutes les délégations, directions et politiques publiques de ce combat !

 

Tours, ville pionnière en matière de lutte contre les discriminations

Dans notre ville, les inégalités persistent et s’additionnent et les violences contre les minorités se développent. La libération de la parole haineuse sur les réseaux sociaux est un exemple. Il est impératif que la ville de Tours mette en œuvre une politique d’inclusion et de lutte contre les discriminations. Nous proposons de :

  • Créer un poste d’adjoint et un service qui auront la charge l'égalité et la lutte contre les discriminations,
  • Créer la Maison des diversités dans le centre-ville et proche des axes de transport,
  • Former les agents municipaux notamment ceux de l’accueil et de la police sur les questions de racisme, d’antisémitisme, d’homophobie, de transphobie et de sexisme,
  • Elargir le dispositif d’hébergement des femmes victimes de violences à l’ensemble des minorités victimes de discriminations (exemple : les enfants mis à la porte parce qu’homosexuel).

 

Soutien à la vie associative

Les acteurs associatifs engagés sur les questions d’inclusion et d’égalité doivent disposer des moyens d’agir. Jusqu’à présent, la municipalité fermait les yeux sur les questions de luttes contre les discriminations.

  • Appuyer les événements comme la journée du 8 mars, la Marche des fiertés ou le Sidaction,
  • Soutenir de manière significative les structures de lutte contre les discriminations,
  • Encourager les clubs sportifs à mettre en place une politique de lutte contre les discriminations et les stéréotypes de genre, à commencer par leur communication,
  • Implanter et promouvoir « Nos quartiers ont du talent » à Tours : "Nos Quartiers ont des Talents" accompagne vers l’emploi, via un système de parrainage assuré par des cadres en activité, des jeunes diplômés (Bac+3 et plus) issus de milieux sociaux modestes, de quartiers prioritaires ou de zone de revitalisation rurale. Il serait pertinent d’essaimer ces actions à la ville de Tours, en faveur des jeunes des quartiers prioritaires de la ville,
  • Mettre en lumière le travail associatif de la ville de Tours via une Gazette de l’égalité, qui serait le porte-voix de toutes celles et ceux qui agissent, souvent sans faire de bruit, pour l’inclusion, la diversité et l’égalité à Tours.

 

Education et lutte contre l’invisibilité

  • Réaliser un diagnostic tous les 2 ans sur le ressenti et les violences sur les minorités à Tours à travers une enquête publique,
  • Féminiser les noms de rues de la ville de Tours,
  • Réaliser des campagnes d’affichage et de sensibilisation en ville « Il est fini le temps du silence » par exemple permettant de lutter contre les discriminations, le harcèlement et la haine,
  • Créer un label « ville inclusive » donné par la mairie aux lieux et établissements qui font un effort pour que les minorités et les femmes se sentent en sécurité,
  • Organiser chaque année une grande journée inter-réseaux sur l’égalité pour toutes et les minorités : l’objectif de ce forum / festival serait de mutualiser les ressources, de faire connaître les dispositifs de la ville et réunir les acteurs, institutionnels et associatifs, qui œuvrent ensemble pour l’égalité,
  • Assurer la représentation culturelle de la diversité des familles et réaliser une communication publique sans stéréotypes de genre ;

 

Lutte contre l’insécurité

97% des femmes du département disent avoir déjà été harcelées dans les transports en commun[1].

53,8% des personnes LGBTI disent avoir été agressées verbalement en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre, et 22,4% physiquement. Malgré les agressions, seules 4,3% des personnes ont porté plainte.

 

  • Redynamiser la cellule anti-discrimination de la ville de Tours. Elle réunit des associations de lutte contre les discriminations (Sos racisme, Centre LGBTI de Touraine, Ligue des droits de l'Homme…) et un agent du Tribunal en charge de les conseiller,
  • Faire un bilan trimestriel du centre d'accueil pour les femmes battues à Tours en lien avec l’Etat,
  • Nommer un agent référent dans la police municipale sur les discriminations et les violences faites aux femmes,  
  • Réaliser des marches exploratoires pour identifier les lieux de la ville avec des soucis d’insécurité,

 

Et le handicap ?

  • Suivre le « Plan handicape » pour repenser l’urbain au servie de l’accessibilité ;
  • Ouvrir une maison spécialisée pour les personnes handicapées : cette maison de santé spécialisée sera associée à de nombreux services (commerce, auto-école spécialisée, associations, maison des accompagnants). Cette innovation sera la véritable démonstration d’un aménagement urbain augmentant l’autonomie de chacun ;
  • Repenser l’aménagement urbain pour les personnes à mobilité réduite.
 

[1]Délégation aux Droits des Femmes et à l’Égalité à la DDCS37  Enquête Le harcèlement de rue dans l’agglomération tourangelle, Avril 2016, http://adavip37.fr/Files/Other/RESULTATS%20ENQUETE%20harcelement%20de%20rue%20-%20RAPPORT%202016.pdf, consulté le 29 juillet 2019.