Une ville en mouvement

Une ville en mouvement

Nous aimons notre ville, mais elle risque de s’affaiblir si nous n’agissons pas rapidement pour la préserver du laisseraller. Nous souhaitons la conserver telle que nous la voulons : douce,
ordonnée, attrayante, capable de se réinventer par une politique de grands projets, comme ce fut le cas sous les mandats de Jean Royer et Jean Germain.
 

Agir pour un urbanisme au service des habitants

Nous voulons arrêter l’anarchie architecturale de Tours-nord en mettant en œuvre une vraie politique municipale d’aménagement. Les terrains achetés par la Ville ne pourront être construits, îlot pat îlot, qu’après définition d’un cahier des charges avec la société civile et les représentants des quartiers.

Garantir la qualité de vie dans tous les quartiers

Nous établirons deux parcs urbains de plusieurs hectares : l’un à Tours-nord et l’autre à Tours-sud. Un maillage de nouveaux squares et de jardins publics mettra chaque habitant à moins de cinq minutes de marche d’un espace vert. Des coulées vertes cyclables relieront les
grands équipements et les pôles de vie.

Optimiser notre patrimoine ferroviaire

Nous poursuivrons le maillage du tramway en l’articulant à l’étoile ferroviaire aujourd’hui négligée.
Un syndicat mixte des mobilités reprendra l’exploitation des trains périurbains et les développera, soulageant ainsi les entrées de ville
embouteillées.

Mieux circuler en ville

Nous organiserons une offre supplémentaire de transports en commun les jeudis, vendredis et samedis soir. La première demi-heure de stationnement sera gratuite le samedi. Nous nous appuierons sur l’expérience des usagers, en particulier des cyclistes, pour chaque aménagement et création d’infrastructure.

Défendre le pouvoir d’achat et l’accès au logement


Nous créerons un organisme de foncier solidaire proposant des logements en accession à la propriété 25 % moins cher que les prix du marché, en particulier pour les familles. Des dispositifs anti-spéculatifs garantiront une même décote aux occupants ultérieurs.


 

le mot du candidat

 

 


L'INNOVATION AU COEUR DE L'ÉCONOMIE

Forte de ses établissements d’enseignement supérieur et notamment de son université, la Métropole de Tours a su développer de réels savoir-faire qui rayonnent à travers le monde.

Le bio3, Certesens, les programmes régionaux Biomédicaments et Intelligence des patrimoines et le CERTeM démontrent que la recherche et l’innovation permettent le développement économique d’un territoire et la création d’emplois.

Cette politique doit être renforcée en soutenant le développement de l’université, en aidant aux transferts de technologies et en soutenant la création d’entreprises innovantes. La faculté de médecine et le CHRU verront leur position confortée

 

LES VILLES DE DEMAIN SERONT INTELLIGENTES ET DURABLES

Les nouvelles technologies permettent de repenser la ville.
Il s’agit d’utiliser tous les moyens modernes à disposition pour collecter des données utiles et réduire l’empreinte environnementale de nos activités.

Cela permet d’effectuer des économies tout en diminuant les émissions de CO2.

Un mobilier urbain connecté, des réseaux d’eau et d’électricité intelligents, des panneaux solaires sur les toits de bâtiments municipaux, une circulation automobile pilotée : toutes ces innovations permettront d’apporter de l’information aux habitants, de diminuer notre impact carbone, d’apaiser la circulation, de développer notre économie locale, etc.
 


 

5 autres propositions

1/ Affecter 1% du budget de chaque nouvel équipement à une œuvre d'embellissement (sculpture, fresque, mosaïque)

2/ Favoriser la respiration de la ville en végétalisant les cours d’école et en arborant les cimetières. Anticiper les effets du changement climatique sur la biodiversité

3/ Aérer, rénover et embellir le secteur de la Reconstruction et de la place de la Résistance avec la mise en accessibilité des commerces pour les personnes en situation de handicap

4/ Étendre les zones 20 km/h dans les rues commerçantes du centre-ville et généraliser les zones 30 km/h

5/ Créer un lieu de présentation des projets de concours d’architecture
et d’urbanisme, et pouvoir en exposer les maquettes aux Tourangeaux

 

 LES PISTES CYCLABLES ET LES TRANSPORTS
EN COMMUN DOIVENT ÊTRE PLUS NOMBREUX ET PLUS PERFORMANTS
 

3 questions à benoist pierre
Que pensez-vous de la densification ?

B. PIERRE : J’ai entendu les craintes, en particulier à Tours-nord. On ne peut plus ignorer l'identité des quartiers et le droit de chacun à l'intimité. Je veux que la ville continue à se construire et à accueillir de nouveaux habitants, mais elle doit rester aimable et humaine pour ceux qui y vivent déjà.

Annulerez-vous le projet de rénovation des Halles ?

B. PIERRE : J'aime ce lieu et il doit évoluer. Mais je refuse cette
méthode consistant à ne pas entendre les commerçants, à ne pas débattre du plan de circulation, à ne pas publier les autres propositions, à cacher la construction de nouveaux immeubles.
Le projet sera revu en concertation avec les commerçants et les riverains.

Quelles sont vos priorités en matière de transports ?

B. PIERRE : Je ne négligerai aucun mode et défendrai la liberté, la facilité
et la sécurité de se déplacer à pied, à vélo, en voiture. Les pistes cyclables et les transports en commun doivent être plus nombreux, plus performants : c'est le seul moyen d'inciter ceux qui le peuvent à se passer de leur voiture et diminuer ainsi l’engorgement routier.

 

7 propositions à retenir

1/ Moderniser l’éclairage public afin de moduler l’intensité en
fonction des besoins réels et réaliser des économies d’énergie

2/ Mettre en place un réseau intelligent couvrant la Métropole et pouvant apporter de nouveaux services aux habitants et aux entreprises

3/ Connecter les points d’apport volontaire et les poubelles au réseau intelligent afin d’optimiser les ramassages et éviter les dépôts sauvages

4/ Développer une plateforme open-data garantissant la vie privée des Tourangelles et desTourangeaux

5/ Soutenir la production citoyenne et locale d’électricité sous forme de coopératives

6/ Renforcer la collaboration immobilière entre la Métropole et l’université qui sera prochainement propriétaire de ses locaux, et développer une politique de logements étudiants attractive

7/ Créer un fonds métropolitain de soutien aux transferts de technologies